Menu

Ambae

 

 Manaro, 2005
Volcano Name: Manaro Vui  

  
Volcano Type:

Stratovolcan basaltique – Basaltic stratovolcano

 
 
 
 
Last Known Eruption:2009 
Summit Elevation:1496 m  
Latitude: 15.24°S 
Longitude: 167.50°E 
 

 

L’île d’Aoba (1496 m) correspond à la partie émergée du plus volumineux des volcans actifs de l’archipel (3900 m de hauteur depuis le fond océanique et environ 2500 km3 de volume, ce qui en fait un volcan tout-à-fait exceptionnel). Deux caldéras (cratères géants) concentriques la couronnent, la plus interne incluant trois lacs, dont le lac Voui (2, l km de diamètre) installé dans le cratère actuel du volcan.

 

L’activité volcanique récente comprend la formation, il y a environ 4 siècles, des cônes entourant les cratères d’explosion du Voui et du Manaro Ngoro. Elle comprend également l’émission des coulées de basalte de N’dui N’dui à partir de fissures sur les flancs, il y a environ 300 ans. Des lahars (coulées de boues transportant des blocs et troncs d’arbres qui se produisent lorsque d’importants dépôts de cendres, instables, sont repris par les pluies torrentielles accompagnant généralement les éruptions) ont probablement détruit des villages sur le flanc SE de l’île, il y a quelque 120 ans, occasionnant plusieurs victimes. De nombreux dépôts de lahars, épais et probablement pas plus anciens que 100-300 ans, ont d’ailleurs été observés sur l’ensemble des côtes de la partie centrale de l’île. Une éruption se serait produite en 1914 avec émission de cendres et descente de lahars (12 morts). Enfin, un petit cône de cendre s’est formé en 1966 à l’intérieur de la caldéra.

 

Trois zones bouillonnantes avec formation de bulles énormes (10 m de diamètre) et un roussissement général de la forêt des rives ont été observés au lac Voui le 13 juillet 1991 par un pilote de Vanair. C’était la première fois qu’il observait un tel phénomène, qui ne pouvait être que récent, puisque la forêt était encore intacte en mai de la : même année. Le 24 Juillet 1991, une reconnaissance aérienne montrait seulement trois zones d’eaux blanchâtres au milieu du lac et une végétation brûlée par des gaz acides jusqu’à la lèvre du cratère, 120 m au-dessus de l’eau. Un dégagement de SO2 anormalement fort, entre Mai et juillet 1991, est probablement à l’origine des phénomènes observés. Cet évènement n’a pas été noté par les habitants d’Aoba.

 

Actuellement, Aoba doit probablement être considéré comme le volcan le plus dangereux de l’archipel, du fait de la présence d’un lac de volume important dans le cratère principal du volcan et donc de la forte probabilité d’interactions eau-magma explosives lors d’une future reprise d’activité. Des dépôts très récents, typiques d’un volcanisme fortement explosif ainsi que de très nombreux dépôts de lahars ont été observés le long de toutes les côtes de la partie centrale de l’île. Lorsque l’activité volcanique reprendra dans la zone sommitale, il serait sage, dans un premier temps, d’évacuer les populations des villages côtiers de la partie centrale de l’île (dans un rayon de 10 km autour du lac Voui) vers les zones moins dangereuses situées aux extrémités NE et SW de l’île. Au cas où l’activité migrerait de la zone sommitale vers ces extrémités (où des interactions explosives eau de mer-magma se sont déjà produites et peuvent donc se reproduire), ou dans le cas d’une éruption généralisée, il pourrait être nécessaire d’évacuer une partie ou la totalité de la population vers Santo ou Maewo-Pentecôte.

 

Si l’important dégagement de SO2 de 1991 n’a pas eu de conséquences néfastes pour la population c’est que le vent a probablement éloigné rapidement le nuage toxique de l’île. Un tel dégazage est imprévisible dans l’état actuel des connaissances et techniques.

 


 

Aoba island (1496 m) corresponds to the Upper part of the most voluminous active volcano of the archipelago (3,900 m-high from the sea bottom, about 2,500 krn3). Its summit area shows two concentric calderas, the smallest including three lakes. Lake Vui (2.1 km in diameter) is located in the present crater of the volcano.

 

Recent volcanic activity includes the formation of Lake Vui and Manaro Ngoro explosion craters and cones (some 420 years ago). It also includes N’dui N’dui lava flows, issued from flank fissures, approximately 300 years ago. Possible lahars (devastating mud flows with large blocks and tree trunks rushing down the slopes, which appear when heavy rains occur after an eruption and remove recent ash deposits from the flanks of the volcano) annihilated villages on the SE flanks of the island, about 120 years ago, provoking several casualties. Numerous and thick lahars, probably not older than 100-320 years, may be observed on both toasts in the central part of the island. Possible eruption in 1914 with ash falls and lahars (12 casualties). Formation of a small ash cane in the caldera in 1966.

 

Three anomalous “boiling” areas with large bubbles (10 m in diameter) and burned vegetation were observed at Lake Vui on July, 13, 1991 by a VANAIR pilot. It was the first time he had observed such a phenomenon, and he noted that the vegetation was still green in May. On 24 July 1991, an aerial survey only revealed three areas of discolored water in Lake Vui. Burned vegetation was observed up to the crater rim, 120 m above the water. Thus, an anomalously strong SO2 degassing probably occurred between May and July. This event was unnoticed by island residents.

 

Aoba probably should be considered at present times as the most dangerous volcano of the archipelago, due to the presence of a large lake in the main crater. Very Young deposits related to strong explosive eruptions as well as thick lahars deposits are frequent in the central part of the island, up to the coastlines. SO, in case of resumption of volcanic activity in the summit area, it Will be wise to evacuate, in a first phase, the population of coastal villages of the central part of the island (in a 10 km radius area surrounding Lake Vui) towards the less hazardous NE and SW extremities of the island. If the eruption occurs near these extremities, or spreads along fractures from central vents towards these extremities (where explosive activity is also possible by magma-water interaction), then it might be necessary to evacuate part of the population to Santo or Maewo- Pentecost.

 

If the strong SO2 degassing in 1991 has not had consequences for local inhabitants, this is probably due to winds which fortunately quickly moved the toxic plume away from the island. Such an event cannot be forecasted.